Comportements liés à l’eau comme facteur de risque des maladies diarrhéiques autour du lac Tchad

Thèse présentée et soutenue publiquement en vue de l’obtention du diplôme de Master Professionnel en Epidémiologie et Santé Publique au Département des Sciences Biomédicales, Faculté des Sciences, Université de Dschang

Année académique 2013-2014

Etudiant : SAAH FOPA Michael Amedé 1

Directeur : Dr ATEUDJIEU Jérôme, MD, MPH, Ph.D 123

jateudj@yahoo.fr ; Jerome.ateudjieu@masante-cm.org

Superviseur: Pr TUME Christopher, Ph.D, MC 1

 

Financé par: DOVE PROJECT 

Abstract

Justification : Au Cameroun, l’accès à l’eau potable est encore limité et inégalement repartit sur le territoire national avec des tableaux alarmants à la partie septentrionale du pays. Dans le but de contribuer à la réduction de la mortalité et la morbidité due aux maladies diarrhéiques, nous proposons d’évaluer la relation entre les comportements des populations liés à l’eau et la survenue des cas de diarrhée dans le ménage.

Matériels et méthodes : Une étude transversale descriptive suivant un échantillonnage aléatoire à plusieurs niveaux a été menée du 1er Décembre 2013 au 2 Février 2014 dans les Districts de Santé de Goulfey, Mada et Makary. Les données ont été collectées par administration en face à face d’un questionnaire structuré dans les ménages et par une grille d’observation pour les points d’eau.

Résultats : Quatre-vingt communautés issues de 17 Aires de Santé sur 26 ont été incluses. Parmi les 531 familles visitées, 527 (99,3%) ont été interviewées couvrant ainsi une population de 4786 personnes avec 1408 enfants de moins de 5 ans. Nous avons recensé 288 points d’eau artificiels et 29,5% étaient non fonctionnels. Parmi les points d’eaux fonctionnels, 30,5% (60) ont été classés comme améliorés, et probablement non contaminés. La plupart des ménages (66,2%) utilisaient principalement le forage comme source d’eau et les eaux de surface étaient aussi utilisées dans 6% des ménages. Vingt-quatre soit 4,5% des ménages étaient connectés à un réseau de distribution CDE, 7% (37) des foyers avaient un bon accès géographique à une source d’eau potable. Des comportements inadéquats des ménages ont été recensés lors du choix des sources d’eau (21,5%) ; lors de la collecte et du transport de l’eau (42,7%) ;lors du stockage de l’eau (81,5%) et lors de l’utilisation (73,8%).Nous avons noté une prévalence de la morbidité diarrhéique de 13,3% en générale et de 25,9% chez les enfants de moins de 5 ans pendant les deux semaines précédant l’enquête. Le type de source d’eau utilisé; le rôle des enfants dans la collecte et le transport de l’eau étaient les principaux déterminants comportementaux liés à l’eau statistiquement associés à l’incidence d’au moins un cas de diarrhée avec respectivement les rapports de côtes de 2,09 et 2,43 et des valeurs-P de 0,002 et 0,001.

Conclusion : Dans le bassin du Lac Tchad, l’accès à l’eau est limité et inégalement répartie. Les habitudes inadéquates liées à l’eau contribuent à augmenter la fréquence des diarrhées. Afin de renverser cette tendance, l’identification des stratégies pour la pérennisation de l’approvisionnement en eau et le changement des comportements liés à l’eau seront utiles.

Mots clés : comportement, accès à l’eau, maladies diarrhéiques, facteurs de risques, Lac Tchad

  1. Département des Sciences Biomédicales, Faculté des Sciences, Université de Dschang
  2. Division de la Recherche Opérationnelle en Santé, Ministère de la Santé publique du Cameroun
  3. A. SANTE (Meilleur Accès aux Soins de Santé)