Evaluation des besoins en intervention pour l’amélioration de la sécurité des médicaments chez la femme enceinte et l’enfant dans le district de santé de Biyem-Assi

Thèse présentée et défendue publiquement en vue de l’obtention du Master Professionnel en Epidémiologie et Santé Publique, Département des Sciences Biomédicales, Faculté des Sciences, Université de Dschang.

Année académique 2013-2014

Etudiant : TSAFACK Marcellin 1

m_tsafack@yahoo.fr

Directeur : Dr ATEUDJIEU Jérôme, MD, MPH, Ph.D 123

jateudj@yahoo.fr ; Jerome.ateudjieu@masante-cm.org

Superviseur : Pr NGUELEFACK Télesphore, Ph.D 1

Financé par: DOVE PROJECT  ; M.A. SANTE

Abstract

Justification : La sécurité des médicaments mis sur le marché camerounais n’est pas garantie. La prescription médicamenteuse et la vaccination posent un risque de toxicité chez les femmes enceintes et les enfants. Un système de pharmacovigilance a été mis en place pour la prévention des effets indésirables des médicaments (EIM). Le personnel de santé (PS) devrait en savoir un minimum à ce sujet. L’objectif de cette étude est d’évaluer les besoins en intervention pour l’amélioration de la sécurité des médicaments chez la femme enceinte et l’enfant dans le District de santé de Biyem-Assi.

Méthodes : Il s’agissait d’une étude à deux volets, dont l’un transversal, évaluant le besoin en formation du PS sur la sécurité médicamenteuse chez la femme enceinte, et l’autre interventionnel évaluant l’apport du « bip » téléphonique sur le taux de détection des manifestations adverses post immunisation (MAPI) à base communautaire. Toutes les formations sanitaires (FOSA) du district de santé de Biyem-Assi et les parents venant pour la vaccination avec leurs enfants au cours de la période du 23/12/2013 au 28/02/2014 étaient sollicités pour participer à l’étude. Le besoin en formation du PS était déterminé en évaluant les connaissances du PS par un questionnaire administré en face à face. Tous les parents ont été assignés au hasard à faire un « bip » téléphonique ou pas et l’effet sur le taux de notification a été évalué en comparant le taux de détection des deux groupes.

Résultats : Cent (100) PS, et 471 parents ont été recrutés. Les connaissances du PS sur la sécurité médicamenteuse variaient d’un indicateur à l’autre. Environ 69% du PS étaient capables de donner une bonne définition de cas d’un EIM sur grossesse. Seulement 6% savaient comment, quand, qui doit notifier un EIM. Quatre-vingt huit pour cent (88%) ont déclaré vérifier l’aménorrhée avant de prescrire. Le PS ignore les contre-indications de certains médicaments au cours de la grossesse. Le taux de détection dans le groupe interventionnel (8,1%/mois) était significativement supérieur au taux dans le groupe contrôle (0 ,4%/mois) RR= 18,9, IC95 (2,5 ; 140) (p=0,0004). Le niveau de connaissances du PS sur la sécurité médicamenteuse est limité et a besoin d’être amélioré .Un programme de formation à ce sujet devra être implémenté pour améliorer la prévention des EIM chez la femme enceinte. Conclusion : L’utilisation du « bip » téléphonique améliore significativement le taux de détection des MAPI.

Mots clés : Surveillance, Sécurité des vaccins, téléphone, Bib

  1. Département des Sciences Biomédicales, Facultés des Sciences, Université de Dschang
  2. Division de la Recherche Opérationnelle en Santé, Ministère de la Santé Publique, Cameroun
  3. A. SANTE (Meilleur Accès aux Soins de Santé/ Better Access to Health Care)